Les Chevaliers du Zodiaque, La Série Abrégée : Maison #2

Publié le par StateAlchemist

Titre : Tu as tort, héros !
Date : 29 mars 2009
Durée : 8:08
Épisode(s) résumé(s) : #43, #44
 
TRANSCRIPT :
 
Au pied des 12 Maisons du Zodiaque.
KIKI: (se penchant au-dessus de Saori) Hum ?
MÛ: Bon alors ça, tu vois, c'est c'qu'on appelle une fille.
KIKI: Fiiiiiiille.
MÛ: Ouais. Des seins, une robe, les cheveux longs... Une fille.
KIKI: Euh... Mais la Flèche d'Or en plein coeur, c'est normal ?
MÛ: Alors là, tu m'poses une colle.
Escaliers menant à la seconde Maison, celle du Taureau.
Seyar et ses copains font des "ta-da-da-da", sur l'air des Chevaliers du Zodiaque, de Bernard Minet (notre héros à tous).
C'est alors qu'ils se jettent droit dans la bataille... et aussi dans un mur invisible, contre lequel ils s'écrasent.
Musique-à-bide.
SEYAR: (se relevant) Humpf ! Ben ça ! J'ai l'impression d'être Shiryû !
SHIRYÛ: Hin-hin, super marrant...
Une silhouette menaçante surgit de l'ombre, accompagnée d'un rire tonitruant.
ALDEBARAN: Je suis Aldébaran, Chevalier d'Or du Taureau. Et c'est moi qui dit qui qui rentre, et qui qui rentre pas...
SEYAR: Et nous, on peut rentrer ?
ALDEBARAN: Désolé, vous n'avez pas le profil de la Maison. Alors, vous restez dehors.
SEYAR: Mais-euh, soyez pas vache ! On est venus de loin !
SHIRYÛ: Et... On a une bouteille à l'intérieur !
HYÔGA: On est même venus avec une fille !
SHUN: (gêné) Ho, c'est un peu plus compliqué que ça, vous savez... Tout petit déjà, quand je regardais Candy à la télévision, je me disais que...
HYÔGA: Shun, je parlais de Saori.
Silence.
SHUN: Je rougis, là, non ?
ALDEBARAN: N'insistez pas, c'est réservé aux habitués. Alors, vous restez dehors.
SEYAR: (irrité) Est-ce qu'on peut au moins lancer la séquence d'intro ?
ALDEBARAN: Vous pouvez au moins lancer la séquence d'intro. Mais vous faites ça dehors !
Séquence d'intro, avec Neon Knights, de Black Sabbath.
SEYAR: "Accolé" !
ALDEBARAN: Non.
SEYAR: "Accompli" !
ALDEBARAN: Non.
SEYAR: "Acconage" !
ALDEBARAN: Non.
SEYAR: "Accordéon".
ALDEBARAN : Puisque je te dis qu'y'a pas de mot de passe ! Arrête de t'obstiner !
HYÔGA : Il y tient.
SEYAR: Rah ! Au début je l'aimais bien, mais maintenant je peux plus le supporter ! Je vais lui couper les deux oreilles et la queue !
ALDEBARAN: Gné ?
SHUN: Hé, attention, Seyar !
SEYAR: Ne t'inquiète pas, Shun, espèce de p'tit coquin. C'était une façon de parler ! Je faisais en fait référence à l'art de la Tauromachie, qui consiste à-
SHUN: Non, je veux dire : attention au Chevalier d'Or !
SEYAR: Plaît-il ?
Un solo de trompette indiquant la charge du Taureau résonne.
De même que la tête de Seyar, après s'être pris de plein fouet le Chevalier d'Or...
SEYAR: Nya-ha-ha-haaaa !
HYÔGA, SHIRYÛ & SHUN: Olé !
SEYAR: Red Bull donne des aiiiiiiles !
Seyar heurte les nombreux murs de la Maison.
SEYAR: Ha ! Euh ! Hi ! Oh ! Uh !
Un compteur indiquant le nombre de cloisons abattues apparaît.
Le message "New record !" s'affiche, une fois le dernier mur détruit.
SEYAR: Aaaaah ! Il a pas de problème d'isolation... Ouch ! Oh-oïe !
Il tombe au sol.
ALDEBARAN: C'est une Maison de standing, ici, nous n'acceptons pas les simples Chevaliers de Bronze !
SEYAR: (salement amoché) Oh, écrase, tu veux...?
Une idée perce dans l'esprit d'Aldébaran en entendant ces mots.
Il lève le pied.
SEYAR: Tiens, j'ai gaffé.
ALDEBARAN: (voulant écraser Seyar) Yaaaaah !
SEYAR: (arrêtant le coup de pied avec ses mains) Ah ! 'Fallait pas le prendre au pied de la lettre !
ALDEBARAN: C'est justement le mien que tu vas prendre... Dans la figure ! Ha ha ha ha !
SEYAR: (admiratif) Ho ! Très bien répliqué !
ALDEBARAN: Merci.
Seyar tient bon, mais la pression exercée par Aldébaran est trop forte pour lui.
Il lâche, et s'enfonce dans le sol.
SEYAR: Aaaaaaah ! Les cailloux, mes mortels ennemis...!
ALDEBARAN: A défaut de rester sur le carreau, tu resteras sous le carrelage !
Le Chevalier d'Or rit de bon coeur, tandis que notre héros plonge dans les Ténèbres aux teintes verdâtres de son subconscient.
SEYAR: (pensée) Où suis-je donc ? Quelle étrange sensation... Comme si je flottais dans du sirop à la menthe...!
Une voix s'élève.
SAORI: N'abandonne pas Seyar, tu dois t'éveiller au Septième Sens... Et accessoirement me sauver.
SEYAR: Allô, qui est à l'appareil ?
Une Saori géante apparaît.
SAORI: C'est moi, Seyar... Saori.
SEYAR: AH, SAORI ! Elle est revenue pour me hanter !
SAORI: Hé, je suis mourante, pas morte ! Nuance...
SEYAR: Peuh ! Mais bien sûr...
SAORI: Puisque je te le dis ! Ce que tu vois est mon Cosmos, qui t'enveloppe d'une chaleur douce et apaisante...
SEYAR: (pensée; jetant un coup d'oeil furtif à l'énorme décolleté qui s'offre à lui) C'est clair que je risque pas d'attraper froid avec des doudounes pareilles... Oh, mon vieux !
Une autre voix s'élève, bien moins doucereuse.
MARINE: Seyar, pauvre merde !
SEYAR: Ah, s'cusez-moi, j'ai quelqu'un sur une autre ligne... Aaaaallô ?
Une Marine géante apparaît, engueulant son ancien élève.
MARINE: Seyar ! Bouge-toi les fesses avant que j'te les botte !
SEYAR: Oh, Marine. Toi aussi, t'es morte ?
MARINE: (sur le ton de la conversation) Non, moi je suis un souvenir, une vision de ton esprit, mais là n'est pas la question... (sur un ton autoritaire) Souviens-toi de ton entraînement, Seyar ! La solution pour déjouer la technique du Taureau t'apparaîtra comme le poing au milieu de la figure !
SEYAR: (pensée) Me souvenir ? Oui...
Flash-back. Le Sanctuaire.
Marine, armée d'un katana, toise Seyar (enfin, j'imagine, avec son masque, on voit pas bien).
SEYAR: (voix off) C'était pendant mes années d'entraînement au Sanctuaire... Marine m'enseignait la technique du sabre japonais, qui, comme chacun sait, allie défense et attaque. Pour ma part, je portais une petite jupette traditionnelle, un peu courte, mais pas vulgaire...
SHUN: (voix off) Oh, moi j'aime bien !
HYÔGA: (voix off) On en voit un peu trop à mon goût !
SHIRYÛ: (voix off) De quoi vous parlez ?
Le souvenir s'arrête sur image (si, ça se dit).
SEYAR: Hé ! Qu'est-ce que vous faites ici, vous autres ?!
SHIRYÛ: Ben, on apparaît à peine dans cet épisode, alors...
SEYAR: Écoutez, c'est un moment important de l'intrigue, vous avez rien à faire ici.
SHUN: Soit sympa, Seyar !
SEYAR: (catégorique) Foutez-le camp de mon flash-back !
Shun, Hyôga et Shiryû s'en vont en maugréant, et ferment la porte derrière eux.
SEYAR: Bon, où en étais-je ? Ah oui ! (continuant son récit) Le sabre japonais avait un défaut : une fois sorti de son fourreau, on pouvait facilement parer l'attaque, et répliquer à grands coups de pied dans les ovaires... (on le voit frapper Marine) Même si frapper une femme, c'est pas super sympa... Mais c'est bien sûr ! C'est ça la solution pour battre le Chevalier du Taureau...!
Fin du Flash-back.
SEYAR: Il me faut une arme !
Seyar reçoit un énorme coup sur la tête.
Aïe.
MARINE: (exaspérée par la bêtise de son pupille) Mais non, triple buse ! Tu dois pousser le Chevalier du Taureau à décroiser les bras, et ainsi pouvoir le vaincre !
SAORI: Et accessoirement me sauver.
SEYAR: (pensée) Ah ouais ! Ha ! Heureusement que je suis japonais, sinon j'aurais jamais compris cet exemple...
Retour à la surface, avec Aldébaran.
ALDEBARAN: T-seuh ! Je crois que comme un épargnant, il a eu son compte ! Ha ! Ha ha ! Ha ha... (il se retourne pour faire partager son trait d'esprit, mais...) Ah ben oui, y'a plus personne...
Il s'en va.
Une Cosmo-énergie se met à briller.
ALDEBARAN: Hein ?!
Seyar ressort de son trou, avec en fond sonore The Power, de Snap!.
ALDEBARAN: Oh, la vache !
SEYAR: (atterrissant maladroitement) Woh, encore un peu, et je loupais mon entrée.
ALDEBARAN: (décontenancé) Mais-je-que-comment- tu...?
SEYAR: ("traçant" les 13 étoiles de la constellation de Pégase avec ses poings) Ha ! Toutes ces belles paroles ne serviront à rien, Chevalier du Taureau ! Tu fais de la discrimination aux portes de ta Maison, et c'est pas bien ! Pour ça, je vais te punir, au nom de la Lune ! (arrêtant son mouvement classieux) Non, attend, ça c'est Sailor Moon. Enfin bref... Il est temps de prendre le taureau par les cornes ! (il lance son attaque) Les Météores de Pégaaaaaaaaaaase !
ALDEBARAN: (que les météores chatouillent à peine) Si tu crois m'impressionner avec tes étincelles, tu te fous le doigt dans l'oeil !
Les météores s'accélèrent, devenant bientôt une comète de lumière.
ALDEBARAN: Hmm ? Oh, c'est pas normal, ça ! OH ! (la comète fonce sur lui) Uaaaaaaaah ! Est-ce que ce monde est sérieux ?!
La déflagration envoie valdinguer Seyar et Aldébaran, ce dernier s'écrasant sur le sol avec fracas.
Un cratère témoigne de la puissance de l'attaque (c'est pas du pipi d'chat, le Septième Sens).
Le Chevalier d'Or se redresse péniblement.
ALDEBARAN: (pensée) Quel adversaire redoutable ! Heureusement, il a été anéanti par sa propre attaque, je n'aurai plus à l'affronter... Hé hé hé ! (regardant autour de lui) Oh ! Non !
La Maison du Taureau est en ruine.
ALDEBARAN: Oh, regardez-moi ce massacre, on dirait un décor de Ken le Survivant ! (soupirant) Je récupérerai jamais mon bail...
SEYAR: (hors-champ) C'est toi qui va dire "au revoir" !
ALDEBARAN: Hein ?!
SEYAR: (plongeant vers son ennemi, prêt à frapper) Je vais te découper en quartiers de boeuf ! Ha ha ha ha ha ! MEUUUUUUUUUURS !
ALDEBARAN: Nooooooooon !
Trop tard. Seyar porte son coup.
La corne gauche du Taureau vole dans les airs, et se plante dans le sol.
Gag.
Aldébaran se met à pouffer, puis part dans un fou rire, au grand étonnement de Seyar.
ALDEBARAN: (finissant son fou rire) Ha, je me suis trompé, Chevalier Pégase !
SEYAR: Oh ?
ALDEBARAN: Je te prenais pour un moins-que-rien, mais en fait tu es un VIP. Tu peux donc rentrer !
SEYAR: (l'air peu concerné) La joie me submerge.
Shun, Hyôga et Shiryû choisissent ce moment pour refaire leur apparition.
Ils courent vers leur compagnon, le félicitant pour son exploit.
SHUN: Tu as été formidable ! On était planqués derrière une colonne, mais on a tout vu !
SHIRYÛ: Peuh ! Parle pour toi...
HYÔGA: On va pouvoir passer, maintenant !
ALDEBARAN: (d'un ton sec) Je ne crois pas, non...
SHUN, HYÔGA & SHIRYÛ: Hein ?!
ALDEBARAN: Vous, vous n'êtes toujours pas sur la liste, alors vous restez dehors ! Seul Seyar a le droit de rentrer.
SHIRYÛ: (confiant) Pas de soucis. On est avec lui !
ALDEBARAN: C'est vrai, Seyar ? Ils sont avec toi ?
SEYAR: Hum... C'est la première fois que je vois ces types !
SHIRYÛ & HYÔGA: Quoi ?!
SEYAR: Parfaitement ! Je ne les connais ni d'Eve, ni d'Adam Sandler !
SHIRYÛ: (posant la main sur l'épaule de son ami) Seyar. Arrête de faire ton cake, on est une équipe !
SEYAR: (se dégageant) Ah, ne me touche pas avec tes sales pattes, le gueux ! Vous avez entendu c'qu'a dit l'armoire à glace ? Cette maison est réservée au gratin dauphinois ! Vous, les ringards, vous dégagez. On veut pas de vous ici, nous n'avons pas les mêmes valeurs !
HYÔGA: Mais, Seyar...!
SEYAR: (sans lui prêter attention) Sur ce, je vais vous laisser vous débrouiller avec le gros monsieur, et je vais m'en aller en riant d'une façon plutôt snob. Allez, adios les minables !
Seyar quitte la Maison du Taureau, en riant, il est vrai, d'une façon plutôt snob.
ALDEBARAN: Je crois que j'ai créé un monstre.
Hyôga, Shiryû et Shun acquiescent.
Fin.
Stinger : La Chanson du Toréador, tirée de l'opéra Carmen, de Georges Bizet.
Extérieur de la Maison du Taureau.
Aldébaran est seul.
MÛ: (hors-champ) Ben déjà qu't'avais qu'un sourcil...!
ALDEBARAN: Hmm ?
MÛ: (apparaissant par téléportation) Bah maintenant t'as plus qu'une corne ! Ha !
ALDEBARAN: Si tu protégeais mieux ta Maison, ça serait pas arrivé !
MÛ: (s'approchant de son collègue doré) Roh, fais pas la gueule... Pour m'faire pardonner, j'te la répare. J'te fais ça à un prix d'ami...
ALDEBARAN: (amusé) Hé hé ! Je les connais, tes prix d'ami : ça va me coûter la corne droite pour réparer la gauche ! Ha ha ha ! (soupir) Ça m'apprendra... Seyar et les autres étaient plus combatifs qu'ils n'en avaient l'air. Mais leur cause était juste, c'est pour ça que je les ai laissé passer...
MÛ: Euh oui, moi aussi ! Le coeur pur, la noble cause, les p'tits oiseaux, c'est pour ça que j'les ai laissé passer, hein ! Sinon, 'faut pas croire, ils morflaient !
ALDEBARAN: Mais moi, c'est pareil !
MÛ: Et ouais !
Silence.
MÛ: Ils sont trop forts pour nous.
ALDEBARAN: On est des merdes.
 

CREDITS MUSICAUX :

  • Générique français des Chevaliers du Zodiaque, en "ta-da-da-da" (Bernard Minet)
  • "Neon Knights" (Black Sabbath)
  • "The Power" (Snap!)
  • "La Chanson du Toréador" (Georges Bizet) 

Toutes les autres musiques sont tirées des OST Saint Seiya.

Les Chevaliers du Zodiaque, La Série Abrégée : Maison #2
Illustration : StateAlchemist 
Encrage & couleurs : Sombreval

Publié dans Épisodes

Commenter cet article

Chazimuté 30/04/2011


"On est venu de loin" -> venuS
"une fois qu'il se soit pris de plein fouet" -> je ne sais pas si c'est vraiment une faute, mais c'est un peu bizarre comme formulation... Je mettrais plutôt "après s'être pris de plein
fouet"
"On était planqué derrière une colonne" -> planquéS
"je crois que j'ai crée un monstre" -> créé
"étaient plus combatifs qu'ils n'en avait l'air" -> avaiENT (mais j'ai un doute pour celui ci...)


Lewa 24/05/2011


Juste pour corriger Chazimuté :
Pour "on est venu" et "on était planqué", c'est juste, car "on" est un pronom singulier.


Myriam 28/05/2011


Oui, mais comme "on" est mis pour plusieurs personnes (à savoir les chevaliers et leur grognasse), les participes passés s'accordent au pluriel.


Lewa 28/05/2011


Ah ? Je savais pas. Au temps pour moi. (et pas "autant pour moi" =p)


Courgette 10/09/2011


Ouaip. Définitivement un enfant de la pub =] !


tensai 06/11/2011


Alberan : Ils sont trop pour nous
Mû : On est des merdes

Ce passage est juste ENORME xD