Les Chevaliers du Zodiaque, La Série Abrégée : Maison #4

Publié le par StateAlchemist

Titre : Le Crabe aux Pinces d'Or
Date : 19 juillet 2009
Durée : 9′46″
Épisode(s) résumé(s) : #48, #49, #50
 
TRANSCRIPT :
 

Sur le chemin menant à la Quatrième Maison du Zodiaque.

SEYAR : Nous y sommes !

La Quatrième Maison du Zodiaque apparaît à l'écran (incroyable).

SHIRYÛ : La Quatrième Maison du Zodiaque...

SEYAR : D'après les pages horoscope des magazines, c'est celle du Cancer !

[Envoyez vos dons.]

SHIRYÛ : (d'un ton solennel) Seyar, mon ami. Peux-tu me dire où en est l'Horloge ?

SEYAR : Euh... (regardant vers l'Horloge du Zodiaque) Au 4ème Top, la flamme des Gémeaux viendra de s'éteindre.

SHIRYÛ : (grave) Il ne nous reste donc plus que neuf heures pour venger la mort de Saori...

SAORI : (au loin) Je ne suis pas encore morte, espèce de crétin !

SEYAR : Non, Shiryû ! Il ne faut pas dire ça !

SAORI : (au loin) Ha, enfin !

SEYAR : Il faut rester positif, et se dire qu'il reste encore neuf heures pour venger la mort de Saori !

SAORI : (au loin, fulminant) Ouuuuuuuh !

SHIRYÛ : (retrouvant l'optimisme) Oui, tu as raison : il nous reste encore neuf heures !

SEYAR : Peut-être, mais c'est pas beaucoup.

Séquence d'intro, avec Neon Knights, de Black Sabbath.

Dans la Maison du Cancer, une ambiance de mort règne.
Mais la brume et la musique qui fait peur doivent y être pour quelque chose.
..

SEYAR : Brrrr ! Cette musique inquiétante ne me dit rien qui vaille... !

SHIRYÛ : (marchant sur quelque chose) Oh ? Et crotte... Je crois que j'ai marché dedans.

SEYAR : Plaît-il ? (s'approchant) AH, MAIS... !

Shiryû a en réalité mis le pied sur la tête d'un homme sortant du sol !

SEYAR : (sous le choc) Regarde où tu mets les pieds ! Tu marches sur la tête d'un type !

SHIRYÛ : (reculant) Mais euh, il a qu'à pas dormir par terre, lui, aussi... !

SEYAR : Aaah ! Des têtes de types ! Y'en a partout sur les murs !

SHIRYÛ : Tu es sûr ?!

SEYAR : C'est ça, ou alors c'est le papier-peint le plus moche que j'ai jamais vu ! (de moins en moins rassuré) Oh, j'aime pas ça, Shiryû ! J'aime pas...

MASQUE-DE-MORT : Bouh.

Seyar pousse un cri strident particulièrement efféminé.

MASQUE-DE-MORT : Bienvenue dans l'antre de Masque-de-Mort, Chevalier d'Or du Cancer !

SHIRYÛ : Masque-de-Mort ! J'aurais dû m'en douter...

MASQUE-DE-MORT : (amusé) Tiens, Shiryû... Alors, quoi d'neuf depuis que je t'ai ridiculisé au Cinq Pics, en Chine ?

Transition impromptue vers une scène de l'épisode 39, avec l'Entrée des Gladiateurs, de Julius Fucik, en prime.
Narf.

SHIRYÛ : Seul un être aussi ignoble que toi pouvait avoir une décoration aussi ignoble que... Toi.

MASQUE-DE-MORT : (l'air mauvais) Coquet, n'est-il pas ? (se croyant dans un nouveau numéro de Question Maison) Oui, c'est un p'tit arrangement que j'ai fait avec les visages torturés des âmes de mes nombreuses victimes... Hin hin hin ! Vous aimez ? C'est Feng shui.

SHIRYÛ : Tu vas payer pour tes crimes, assassin ! Mon ami Pégase et moi, nous te vaincrons, au nom de la Justice ! N'est-ce pas, Seyar ?

SEYAR : (prenant ses jambes à son cou) T'inquiète pas, je vengerai ta mort !

Musique-à-bide.

SHIRYÛ : 'Faut vraiment que je me trouve un meilleur meilleur ami...

MASQUE-DE-MORT : Hé hé ! Tu verrais ta tête ! Elle serait du plus bel effet dans mon boudoir !

SHIRYÛ : Misérable ! N'as-tu donc aucun état d'âme ?

MASQUE-DE-MORT : (lançant son attaque) Oh, mais si, bien sûr ! PAR LES VAGUES D'HADÈS !

Surpris, Shiryû s'envole dans la noirceur de l'espace.

MASQUE-DE-MORT : Et... Ta-daaaam !

Un décor asiatique. Une musique asiatique.

[CHINE]

Une étoile filante fend le ciel nocturne.

SHUNREÏ : (avec un accent chinois tellement cliché que Kodak doit être sponsor) Oh ! Une étoile filante ! Elle fonce vers le Dragon ! Mon dieu, alors ça veut dire que... Je vais pouvoir faire un vœu ! (à genoux) Cher Père Noël, je voudrais que tu m'apportes...

Un décor rocailleux et macabre, avec des feux follets, et Shiryû étendu par terre.

SHIRYÛ : (se réveillant, pensée) Je tiens vraiment pas l'alcool de riz... Oh, mais ! Je revois ?! J'ai recouvré la vue ! Mais alors, cet endroit... (regardant l'endroit) C'est donc la Grèce ! (faisant le tour des lieux) Ben comme quoi 'faut jamais se fier aux tours opérateurs : ce que c'est laid ! (remarquant une longue file de silhouettes au teint morbide) Oh ! Là-bas ! Ça doit être des touristes, en visite guidée ! (enthousiaste) Ben moi qui ai toujours rêvé de visiter l'Acropole, c'est l'occasion ou-

Il est interrompu par une boule de lumière qui le frappe par derrière, et le fait s'effondrer sur le sol.

MASQUE-DE-MORT : (écrasant Shiryû avec son pied) Ha ha ha ha ha ha ! Bienvenue au Puits de l'Enfer, mon frère ! Là où tous les morts viennent se jeter inexorablement, comme des Lemmings ! Hin hin hin ! J'espère que t'as emporté ton p'tit parapluie !

SHIRYÛ : (ne se laissant pas impressionner) Désolé, Masque-de-Mort, mais si je dois un jour aller en Enfer, ce ne sera pas avant 13 ans et plusieurs OAV !

MASQUE-DE-MORT : Oh, mais on joue les fortes têtes, à c'que j'vois ! Hé hé hé ! (attrapant Shiryû par les cheveux pour le traîner par terre) Pour la peine, elle finira au-dessus de ma cheminée !

Masque-de-Mort part dans un fou rire des plus ignobles, tandis qu'il emmène Shiryû au bord du Puits de l'Enfer.

MASQUE-DE-MORT : (au bord du gouffre, portant Shiryû à bout de bras) Les histoires les plus courtes étant les meilleures, place à la chute !

SHIRYÛ : (pensée) La situation est désespérée… ! 'Manquerait plus que les Chevaliers d'Acier viennent à mon secours...

MASQUE-DE-MORT : (prenant son élan) Eeeeet ho- ... ! (interrompu dans son geste) Hum ?

Une voix résonne aux oreilles des deux Chevaliers.

SHIRYÛ : (pensée) Cette voix...

Des bulles de lumières apparaissent, entourant Shiryû et Masque-de-Mort.
Ce sont des prières !
Des prières au Père Noël, allant de
Barbie-à-la-plage à un VTT, en passant par une panoplie Batman et une Game Boy...

MASQUE-DE-MORT : Ben v'là aut'chose : j'me fait attaquer par des bulles de champagne !

SHIRYÛ : (pensée) Oui, c'est bien elle... (à voix haute) Shunreï !

Shunreï, aux Cinq Pics, s'en donne à cœur joie avec sa longue liste de souhaits.

SHIRYÛ : (pensée) Je me souviens de notre rencontre comme si c'était il y a 6 ans...

Flash-back.
Les Cinq Pics, six ans plus tôt.

SHIRYÛ : (racontant son souvenir) A l'époque, je venais d'arriver aux Cinq Pics, en Chine, pour devenir Chevalier...

VIEUX MAÎTRE : (assis sur son bout de rocher, devant la Grande Cascade de Rozan) Ainsi donc, tu es venu aux Cinq Pics, en Chine, pour devenir Chevalier ?

PETIT SHIRYÛ : Ben c'est plus ou moins ce que vient de dire le narrateur...

VIEUX MAÎTRE : Bon, d'accord, je veux bien t'entraîner. J'ai rien d'autre à faire de mes journées, d’toute façon...

PETIT SHIRYÛ : (serrant les poings) Parfait ! Le temps de poser mon sac-à-dos invisible, et je suis à vous ! (un petit rire moqueur se fait entendre) Oh ?

Une petite fille, habilement cachée derrière un arbre, regarde d'un air amusé le nouvel arrivant.

PETIT SHIRYÛ : (pensée) Hum, elle est bien roulée, l'autochtone...

SHIRYÛ : (voix off) Me dis-je.

VIEUX MAÎTRE : Ça, c'est Shunreï. Ses parents l'ont abandonnée à cause de la Loi sur l'Enfant Unique, alors elle vit ici, maintenant…

PETIT SHIRYÛ : Excellent ! Nous serons donc deux camarades en compétition pour l'Armure ! En garde !

Shunreï rit de plus belle.

PETIT SHIRYÛ : (pensée, analysant la situation et son adversaire) Hum... Son assurance n'a d'égale que son Art du camouflage... Je dois réfléchir à comment la contrer...

SHIRYÛ : (voix off) Mais Shunreï ne briguait pas l'Armure du Dragon : c'était juste l'esclave du Vieux Maître. Une fois ce quiproquo passé, nous fîmes plus ample connaissance...

PETITE SHUNREÏ : Toi aussi on t'a abandonné parce que t'es une fille ?

PETIT SHIRYÛ : Non, moi j'ai juste les cheveux longs.

SHIRYÛ : (voix off) Et tandis qu'elle me parlait de son beau pays...

PETIT SHIRYÛ : Comment ça, "un seul parti politique" ?!

SHIRYÛ : (voix off) Moi, je lui parlais du mien...

PETITE SHUNREÏ : Comment ça, "tous les livres sont pas petits et rouges" ?!

SHIRYÛ : (voix off) Nous n'étions encore que des enfants, mais une vraie relation se nouait déjà entre nous...

PETITE SHUNREÏ : On se mariera quand on sera grands ?

PETIT SHIRYÛ : D'accord.

Un paysage d'hiver.

SHIRYÛ : (voix off) Les mois passèrent. (le jeune Shiryû est assis en tailleur sur un bout de rocher, impassible) Et pendant que le Vieux Maître m'apprenait tout ce qu'il savait – c'est-à-dire surtout à rester assis –, Shunreï me montrait toutes les beauté de l'Orient...

Flash-backdans le flash-back.
Shiryû et Shunreï, plus âgés, admirent un panorama oriental.

SHUNREÏ : Bon ben ça c'est l'Orient.

SHIRYÛ : Ah oui, en effet : c'est beau.

Fin du flash-back.

SHIRYÛ : Ha, Shunreï... (sous le charme) Qui ne l'aimerait pas ?

MASQUE-DE-MORT : (pensée, encore soumis aux "prières" de Shunreï) Oh putain, elle commence sérieusement à me prendre la tête la caricature maoïste ! Rrrr... ! Hin hin hin hin ! Il est grand temps que j'lui rende la pareille ! Mouah ha ha ha ha ha !

Masque-de-Mort envoie mentalement des ondes sur Shunreï, à plusieurs milliers de kilomètres de là (oui, je sais, c'est n'importe quoi).

SHUNREÏ : ("priant" toujours) ...Et une dînette ; et enfin la paix dans le monde. Voilà, j'espère que je (ne) t'en ai pas trop demandé, Père Noël...

Elle est soulevée du sol par les ondes mentales envoyées à plusieurs milliers de kilomètres de là.

SHUNREÏ : (paniquée) Je crois que ça veut dire oui !

Masque-de-Mort lâche alors Shunreï !
L'enfoiré !

SHIRYÛ : Nooon !

Shunreï tombe dans les flots rugissants de la Grande Cascade de Rozan.
Le Vieux Maître se réveille en sursaut.

VIEUX MAÎTRE : (pensée) Ah non, c'est vrai, je suis complètement sourd !

Et il se rendort.
Masque-de-Mort, fier de son forfait, rit machiavéliquement.

MASQUE-DE-MORT : Ha... Et on dit que j'suis pince-sans-rire... !

Il reprend son funeste rire où il l'avait laissé, tandis qu'on voit Shiryû serrer le poing.
Ce dernier pousse alors un cri de rage, son corps ne faisant plus qu'un avec la colère.
Ça va chier.

MASQUE-DE-MORT : (se brûlant la main au contact de Shiryû) Aaaargh ! Mais il a l'feu aux fesses ?! Rrrr... Hm ? Ooooooh !

Une décharge d'énergie piquée à Dragon Ball Z éclaire l'infâme Chevalier d'Or.
Le Cosmos de Shiryû, enflammé au possible, fait s'envoler ses longs cheveux noirs.

SHIRYÛ : Rrrrrrrrrrrrrr...

MASQUE-DE-MORT : (apeuré) Oh la, oh ! J'ai pas signé pour une parodie de DBZ !

SHIRYÛ : (enragé) Chevalier du Cancer, tu me rends malade !

MASQUE-DE-MORT : (sarcastique) Wouah, on me l'avait jamais faite, dis donc...

SHIRYÛ : Je n'ai jamais ressenti une telle haine envers quelqu'un ! Pas même les gens d'AB Productions ! Tu as provoqué la Colère du Dragon... (relâchant toute sa Cosmo-énergie) Et tu ne vas pas m'aimer quand je suis en colère !

Une aquarelle représentant un dragon chinois, avec le cri qui va avec, se dresse derrière notre héros.

MASQUE-DE-MORT : (pensée, paniqué) Oh non ! Il en vient aux tableaux animaliers, je suis fait !

SHIRYÛ : (s'élançant) Et... YAAAAAAA-

[5 minutes de Colère du Dragon plus tard...]

SHIRYÛ : (suspendu au-dessus du vide, tentant de négocier) On peut discuter !

MASQUE-DE-MORT : (se tâtant) Hmm... Pas envie.

SHIRYÛ : (énervé) Ordure... Comment quelqu'un comme toi a-t-il pu recevoir une Armure d'Or ?!

MASQUE-DE-MORT : Oh, j't'en prie, pas de leçon de morale...

SHIRYÛ : (sur le ton de la conversation) Nan, mais sérieux. Tu t'appelles "Masque-de-Mort", tu décores ta Maison avec des macchabées, et ton attaque c'est les "Vagues d'Hadès"... Tsss ! Ils sont cons ceux qui donnent les Armures, ou quoi ?

MASQUE-DE-MORT : (réfléchissant sérieusement à la question) Hum... En effet c'est une bonne question. J'ai toujours pensé que le plus fort était forcément le-

SHIRYÛ : C'était une diversion ! (voulant frapper Masque-de-Mort à la cheville) Yaaaah !

Bing !
Aucun effet.
Shiryû se pète juste la main sur l'Armure de son adversaire.
Musique-à-bide.

SHIRYÛ : Aïe.

MASQUE-DE-MORT : Vingt-quatre carats, p'tit. ‘Faudra faire mieux que ça...

SHIRYÛ : Bah quoi, ça valait le coup d'essayer...

Masque-de-Mort piétine la main de Shiryû pour lui faire lâcher prise.

SHIRYÛ : (pensée) Ça ne sert à rien, il est trop fort. Tant qu'il aura cette Armure...

SAORI : Ne baisse pas les bras, Shiryû...

Saori, le teint pâle (mais étincelant), arrive avec son sceptre lumineux et l'Espoir qui va avec.

SAORI : Sinon tu vas tomber, forcément.

SHIRYÛ : Princesse Saori ? Vous, ici ?

SAORI : (d'une voix douce) Oui... (d'une voix moins douce) Et je tiens à préciser que ma présence aux Enfers et ma pâleur fantomatique ne sont en aucun cas la preuve de mon prétendu décès ! Enfin bref... (re-d'une voix douce) Courage, Chevalier : tu vaincras ! Grâce au seul pouvoir accordé par les Dieux aux Hommes...

SHIRYÛ : La Puissance de l'Amour ?

SAORI : Non, le Deus Ex Machina... !

Elle disparaît dans un rayon de lumière.

MASQUE-DE-MORT : (fonçant sur sa victime) Ha ha ha ha ha ! C'est l'heure du coup d'grâce, Shiryû !

SHIRYÛ : Que tu crois ! (retentant le coup de l'attaque à la cheville) Re-yaaaah !

Le choc est brutal.
Il faut dire que la jambière de Masque-de-Mort a foutu le camp !

MASQUE-DE-MORT : Aaaargh ! (tenant sa jambe cassée) Je jouerai jamais à la Juventus... !

SHIRYÛ : Deuxième service ! Prends ça !

Cette fois, c'est le protège-bras de l'Armure d'or qui met les voiles.
Masque-de-Mort hurle à la mort.
Le pauvre.

MASQUE-DE-MORT : J'entrerai jamais au Conservatoire non plus ! Mais comment ça s'fait ?!

SHIRYÛ : (solennel) L'Armure du Cancer te rejette, Masque-de-Mort. Elle ne voit plus en toi un Chevalier, car tu es trop mauvais !

MASQUE-DE-MORT : (se redressant péniblement) Mais j'la porte depuis des années ! Pourquoi elle se réveille que maintenant ?!

SHIRYÛ : (grave) Parce que.

Sur l'air de Hot Stuff, de Donna Summer, l'Armure du Cancer fuit son propriétaire, qui se retrouve vite torse nu.

SHIRYÛ : Mais heureusement pour toi, les dessins animés m'ont appris le fair-play...

Il enlève lui aussi son Armure.

MASQUE-DE-MORT : (essayant de calmer le jeu) Woh-oh ! J'ai pas non plus signé pour un truc Yaoi !

SHIRYÛ : (pensée) Pour le vaincre, je dois trouver le Septième Sens... Le Vieux Maître ne me l'a pas enseigné, car c'est un piètre professeur. Mais si cette andouille de Seyar a réussi, tout le monde peut y arriver !

MASQUE-DE-MORT : (dont les ongles ont poussé à une vitesse phénoménale) Hin hin hin hin hin ! Prépare ta valise, Shiryû. Tu seras au Tartare tôt ou tard !

Shiryû se concentre, élevant sa cosmo-énergie jusqu’à son paroxysme : le Septième Sens !

MASQUE-DE-MORT : Pincez-moi ! Je rêve ?!

SHIRYÛ : (attaquant) Par la Colère du Dragon !

Masque-de-Mort, frappé en plein ventre, est projeté en arrière, et tombe (bêtement) dans le Puits de l'Enfer.

MASQUE-DE-MORT : Aaaaaaaaaah ! Je n'apprécie pas l'ironie de la situatiooooooooooon... !

Et il disparaît dans les ténèbres.

SHIRYÛ : Chevalier du Cancer : tu meurs. Ha, faudra que j'la note, celle-la.

Shiryû se félicite de ce trait d'esprit, puis s'évanouit.
Poum, a'pa' terre.
Son "corps" se métamorphose alors en boule de lumière, l'âme de Shiryû quittant les Enfers pour retrouver son corps, toujours dans la Maison du Cancer.

[Représentation schématique de la Fécondation]

SHUN : (découvrant son camarade étendu sur le sol) Shiryû ! (accourant vers lui) Seigneur. L'espérance de vie de mes compagnons laisse franchement à désirer...

L'âme de Shiryû arrive alors, et réintègre son enveloppe charnelle.

SHIRYÛ : (dans les vapes) Shunreï... Shunreï !

Une idée perce dans l'esprit de Shun.

SHUN : (avec un accent chinois bancal qui lui vaudra sans doute un procès) Oui, Shiryû, je suis là ! Fais-moi un gros câlin !

SHIRYÛ : (qui n'est pas dupe) J't'ai reconnu, Shun.

SHUN : Bah zut, alors, mon imitation était pourtant parfaite... ! Mais... Ça voudrait dire que... ?

Shiryû reste là, le regard fixe.
L'air bête.

SHUN : Shiryû, tu revois !

SHIRYÛ : Mais oui, c'est vrai ! Oh, merci, Deus Ex Machina !

SHUN : C'est fantastique !

SHIRYÛ : C'est merveilleux... !

SHUN : Oh, quelle joie !

SHIRYÛ : (ému) Je suis si heureux.

SHUN : Embrassons-nous !

SHIRYÛ : (d'un ton réprobateur) Shun...

SHUN : Bah quoi, ça valait l'coup d'essayer...

Fin.
Stinger : le dialogue sur le "serial killer", dans
la Cité de la Peur.

Les Cinq Pics. La Grande Cascade de Rozan.
Le Vieux Maître est assis sur son rocher, avec à ses pieds Shunreï, qu'on croyait perdue.

VIEUX MAÎTRE : (pensée) Bah voilà, j'ai sauvé Shunreï. Et pour une fois que je fais quelque chose, tout le monde s'en fout ! Ah la la... (il jette un œil à Shunreï, inconsciente et trempée) Hé hé ! On voit à travers ses vêtements mouillés... !

 

CRÉDITS MUSICAUX :

  • "Neon Knights" (Black Sabbath)
  • "L'Entrée des Gladiateurs" (Julius Fucik)
  • "Hot Stuff" (Donna Summer)
  • La Cité de la Peur, dialogue du "serial killer"

Toutes les autres musiques sont tirées des OST Saint Seiya.

Les Chevaliers du Zodiaque, La Série Abrégée : Maison #4
Illustration : StateAlchemist 
Encrage & couleurs : Sombreval

Publié dans Épisodes

Commenter cet article

fabien 23/07/2016 12:03

bonjour, je voudrai savoir que veux dire le Deus Ex Machina... ! je ne comprend pas la référence?

StateAlchemist 23/07/2016 17:46

Comme l'explique Wikipédia, "cette expression est employée dans le domaine de la dramaturgie au sens large (théâtre, scénario de cinéma et de série télé, bande dessinée…) pour désigner « l’événement inattendu et improbable qui vient régler les problèmes du protagoniste à la dernière minute1 ». " ;-)

Rouleau 31/01/2015 21:23

Je pense que regarder cet épisode après un cours sur la Chine - et Mao Zedong - c'est juste parfait ! Et mon dieu ces jeux de mots...
Par contre, RIP les liens qui ne fonctionnent pas :<